Le nom du Parc de la Tête d’Or vient d’une légende tenace : une tête du Christ en or serait cachée à l’intérieur. Ce serait même cette tête qui, étant découverte, pleura jusqu’à remplir le lac de la Tête d’Or.
Mais de nombreuses personnes ont déjà entendu parler de ce mythe. Dans l’article d’aujourd’hui, nous avons préféré ne pas la compter pour vraiment lister 5 anecdotes sur le parc de la Tête d’Or que vous avez de grandes chances de ne pas connaître (sauf si vous êtes un/e “vrai/e” Lyonnais/e, et encore…) !

 

1. Sans le parc de la Tête d’Or, nos voitures n’auraient pas de plaque d’immatriculation !

En 1891, les premières voitures circulent dans le parc, aussi librement que les piétons. Ces derniers se plaignent vite : les roues projettent de la poussière partout et on déplore plusieurs accidents, certains sans conséquences, d’autres mortels.
Le maire décide donc d’instaurer un système de plaque métallique avec un numéro d’identification. Chaque voiture qui entre dans le parc devra se munir d’une plaque et la rendre en sortant. Très vite, ce dispositif temporaire se propage à toute la ville. Les plaques éphémères laissent place à des plaques permanentes.
Le concept s’étend au pays entier dès 1901.

Bien sûr, on peut supposer que l’idée serait venue d’une façon ou d’une autre si le parc de la Tête d’Or n’avait pas existé. Certains pays ont développé un système similaire dans les mêmes périodes. Reste que le Parc de la Tête d’Or est un précurseur dans le monde automobile tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Plaque d'immatriculation et Parc de la Tête d'Or à Lyon - Balades instructives

 

2. Le lac de la Tête d’Or est un lac artificiel

Au départ, le lac était naturellement alimenté par le Rhône. Mais des travaux ont coupé le passage de l’eau. Pour conserver le lac, il a donc fallu pomper dans la nappe phréatique, qui alimente à présent le domaine et permet le maintient de 4 îles artificielles : la Grande Île, l’Île du Souvenir, l’Île des Tamarins et l’Île Gandhi.

De plus, peut-être avez-vous remarqué que le niveau de l’eau baisse en hiver. C’est parce que les pompes qui alimentent le lac sont arrêtées à cette période.

Lac du Parc de la Tête d'Or à Lyon - Balades instructives

 

3. Se baigner dans le lac de la Tête d’Or est interdit, mais la qualité de l’eau n’y est pour rien

Certains Lyonnais pensent que l’eau du lac représente un danger sanitaire, d’où l’interdiction de se baigner. C’est faux. L’eau du lac peut être considérée comme dangereuses mais pas à cause de sa qualité. En fait, elle ne présente aucun risque pour la santé.

Si on peut la considérer comme dangereuse, c’est parce qu’il n’y a aucun aménagement pour la baignade et, surtout, aucune surveillance. Dans ces conditions, une noyade peut vite arriver.

Pour rappel, le lac représente 17 hectares d’eau, pour 3 mètres de profondeurs aux endroits les plus creusés. Créé en 1855 – 3 000 ouvriers seront chargés de le creuser -, le lac n’a toujours eu qu’un but ornemental, d’où le manque de structure pour se baigner.

On peut quand même s’y balader en pédalos ou en barques. Peut-être que de futurs travaux lui permettront aussi d’aménager un coin baignade ? Pour l’heure, se baigner dans le lac de la Tête d’Or vous exposera à une amende, alors pensez-y à deux fois !

Lac du Parc de la Tête d'Or à Lyon 2 - Balades instructives

 

4. Le parc n’avait pas de clôture à l’origine

Au départ, tout le monde pouvait aller et venir dans le Parc de la Tête d’Or, de jour comme de nuit. Situation qui ne devait pas durer.

En effet, plusieurs cas de vols sont vite rapportés. Des visiteurs repartent avec des plantes ou même des plumes d’autruche ! On pose une clôture en 1888 mais elle ne tient pas ; les habitants ne la voient pas d’un bon œil et s’en débarrassent. 1897, nouvelle tentative : on opte cette fois pour un muret surplombé d’une grille. Peine perdue, là encore. Dès 1897, on passe donc à la solution suprême : une haute grille avec trois entrées (il y en a maintenant sept) qui seront fermées chaque soir. Bonne chance pour démonter cette structure-ci !

Certains continueront d’enfreindre le couvre-feu et de visiter le parc de nuit. Mais la nouvelle structure les empêche au moins de repartir avec les bancs du coin !

Clôture du Parc de la Tête d'Or à Lyon - Balades instructives

 

5. Le parc était au départ une ferme pédagogique

Les choses ont évolué sur bien des aspects au parc de la Tête d’Or.

Composée essentiellement de vaches et de moutons, il s’agit d’une ferme pédagogique, à l’origine. On étend vite le domaine pour y accueillir de plus en plus d’animaux exotiques.

De 1964 à nos jours, on verra l’apparition dans le parc zoologique d’éléphants, de singes, de girafes, de fauves et d’ours pour n’en citer que quelques uns.

Entre sa variété et sa gratuité, pas étonnant que le Parc de la Tête d’Or soit un incontournable de Lyon.

L’âme du concept est toujours présente de nos jours avec le parc zoologique inclus dans la Tête d’Or, mais le parc naturel, les roseraies, le lac et ses îles attirent aujourd’hui tout autant les touristes.

Origine du Parc de la Tête d'Or à Lyon - Balades instructives

 

Alors, étiez-vous au courant pour ces 5 anecdotes dans leurs moindres détails ? En connaissez-vous qui n’ont pas été citées ici ? Lesquelles ?

 

Envie de plus d’anecdotes ? Retrouvez 10 informations peu connues de Lyon !

Restez informé

Inscrivez-vous à la newsletter pour recevoir les dernières publications du blog.

You have Successfully Subscribed!